Les animaux – gardiens

> > Les animaux – gardiens ; écrit le: 3 février 2012 par Hela modifié le 26 janvier 2015

Parmi les gardiens des temples se trouvent fréquemment des effigies d’animaux plus ou moins mythiques. Les principaux sont les dragons, considérés comme les gardiens des fontaines à ablutions se trouvant à l’entrée de chaque temple, et des animaux ressemblant à des lions, dont la fonction est de garder les allées des temples et parfois l’entrée des bâtiments.

Les lions, originaires d’Iran, ne se trouvent plus en Asie qu’en très petit nombre dans la forêt de Girnar dans le Saurâshtra, en Inde. Cependant, dans toute l’Asie, le lion demeure le symbole de la force et du courage. Il fut adopté par le bouddhisme, et son rugissement représente la « voix de la Loi » .Il représente en général des forces bénéfiques (à Bali, où subsiste une sorte de syncrétisme indo-bouddhique, il se nomme Barong et représente le génie du Bien, par opposition à Rangda, la sorcière-génie du Mal). Très populaire en Chine où il est appelé « chien de Bouddha » (Bofo), son image fut, en l’absence de modèle, très interprétée, de même qu’au Japon et en Corée. La forme de sa tête est devenue carrée et on l’affuble quelquefois de courtes cornes. On l’assimile alors parfois (reliquat du chamanisme) à un cerf ou à un dragon, animaux considérés eux aussi comme bénéfiques. Le bouddhisme en fit un gardien de la Loi. Le peuple l’a adopté et le personnifie lors de nombreuses danses, rituelles ou non, et son apparition est censée chasser démons et mauvais esprits.

.

.

Deux types de lions gardent habituellement les entrées des temples bouddhiques et ont une symbolique presque identique à celle des Ni-ô :

  • l’un, situé à droite de l’entrée, à la bouche ouverte (parfois tenant un joyau symbolisant les trésors), est le gardien attitré des objets du culte. Il correspond au Japon à Misshaku Kongô et est appelé Karashishi, « lion chinois » ;
  • l’autre, situé en face du premier, à gauche de l’entrée, a la bouche fermée, symbolisant les puissances latentes, correspondant ainsi à Kongô Rikishi. Il a deux courtes cornes sur le front. Au Japon, où il se nomme Komainu (chien de Corée), on en rencontre deux types aussi communs l’un que l’autre : réaliste, avec une petite gueule (style imité de ceux des Sui et des Tang en Chine), et mythique, avec une gueule carrée (style imité de celui des Song en Chine).

D’autres sortes de lions mythiques se trouvent également garder en effigie les temples bouddhiques du Sud-Est asiatique, comme les Chinthe des temples de Birmanie et les Sinha ornant les échiffres des escaliers des temples de Ceylan et de Java (au Borobudur notamment).

.

.

Vidéo: Les animaux – gardiens

← Article précédent: Les rois de compassion Article suivant: Les dix rois des enfers


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles