Le catholicisme : Rerum novarum

> > Le catholicisme : Rerum novarum ; écrit le: 17 avril 2012 par chiraz

La première encyclique contenant quelques références à l’économie, Rerum Novarum (1891), critique le système économique qui aurait apporté richesse à une minorité et pauvreté à la multitude. De plus est rappelé « Y usure dévorante » et la concentration « entre les mains de quelques-uns de l’industrie et du commerce ». Ces affirmations ne reposent sur aucune statistique, sur aucune analyse. La concentration des richesses n’est pas spécifique au XIXesiècle et les taux d’intérêt y étaient particulièrement bas. D’autre part le pouvoir d’achat des salariés avait sensiblement augmenté depuis le milieu du siècle. Malgré cela la situation sociale était loin d’être idyllique : l’aide aux exclus du système économique était pratiquement nulle et la longueur des prestations des salariés, parmi lesquels il y avait de nombreux enfants, était fort critiquable. Plutôt que de préconi

ser un aménagement du système économique en place, l’encyclique recommande la remise en honneur des corporations de l’Ancien Régime, sans en analyser les inconvénients. Ce hiatus entre la philosophie sociale de l’Encyclique et la faiblesse des moyens proposés témoigne d’une analyse fort succincte de la situation économique et d’une méconnaissance totale de ses mécanismes organisationnels.

Malgré ou peut-être à cause de cette ignorance, l’Eglise a la prétention de seule pouvoir remédier à la désastreuse situation décrite : « car la question qui s’agite est d’une nature telle, qu’à moins de faire appel à la religion et à l’Église, il est impossible de lui trouver jamais une solution efficace […] ». Et après avoir rappelé « que l’homme doit prendre en patience sa condition », que le travail est « imposé comme une expiation », Léon XIII précise les rôles des divers acteurs de l’économie et émet un souhait : « Que l’État se fasse donc la providence des travailleurs qui appartiennent à la classe pauvre en général ». Bref, Etat, qui êtes aux cieux, donnez-nous notre pain quotidien. A défaut de solutions adéquates aux maux de la société, l’intérêt de cette encyclique réside surtout dans la prise de conscience par l’Église des problèmes économiques et sociaux.

Vidéo : Le catholicisme : Rerum novarum

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le catholicisme : Rerum novarum

← Article précédent: Le catholicisme : La doctrine sociale de l’Église Article suivant: Le catholicisme : L’Amérique latine


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site